17 juin 2020

L’immobilier, un bien commun

Alexandre Born, Sébastien de Hulster, François Gendre, Jérémie Loevenbruck, Olympe Rabaté

L’immobilier accueille tous les temps de notre vie : les projets en famille, les changements professionnels, les phases de joie et de tristesse, de l’enfance au plus grand âge. Il est indissociable de nos modes de vie et de leur évolution. 

L’immobilier est à la croisée des chemins : écologiques, sociaux et économiques. Il est un levier puissant pour répondre à des enjeux transversaux et interconnectés car il a un impact direct sur l’aménagement de nos territoires et sur la vie des gens.

Alors que l’immobilier est par essence ce qui dure, ce qui s’inscrit dans le long cours, il est aussi un placement financier idéal pour les investisseurs notamment pour sa capacité à générer des rendements sécurisés ou des gains à court terme. Considéré comme un produit financier, l’immobilier se déconnecte des besoins réels des habitants, des emplois, de la nécessité de protéger nos ressources naturelles.

L’immobilier est d’utilité sociale quand il défend la solidarité et le bien commun. Quand il est mis au service des personnes isolées, des familles, des seniors, des artistes, des commerçants, des entreprises, des associations. Quand il permet de rééquilibrer les liens entre les territoires qu’il s’agisse des métropoles, des villes moyennes, des périphéries et des campagnes. 

Ces lieux sont riches d’habitants, de porteurs de projets et de collectifs qui n’attendent que ces opportunités pour faire émerger des alternatives hors du commun. C’est en investissant pour eux, et non dans un objectif de rentabilité, que l’immobilier peut servir l’intérêt général.

En re-programmant des bâtis existants, délaissés ou oubliés, on fabrique des lieux de vie inédits qui rassemblent les activités, consomment moins de ressources, créent des emplois, génèrent de la mixité culturelle et tissent du lien social. En co-construisant les projets, on réunit les générations et les cultures tout en répondant aux besoins réels des utilisateurs. Chacun retrouve sa voix et son pouvoir d’agir.

Les forces vives sont déjà en présence et les initiatives nombreuses. L’immobilier a le pouvoir de faire converger en un même lieu, et dans une dynamique de synergie, des projets de vie et des projets citoyens.

Comment avoir un impact positif ? En faisant exister des projets qui favorisent sur le long terme l’accès au logement pour tous et le développement de l'activité locale, qu’elle soit culturelle ou économique. Des projets qui prouvent que l’on peut allier l’efficacité économique avec le bien commun. Des projets sobres qui respectent les écosystèmes humains et naturels : qui transforment en prenant soin, et protègent en libérant.

Loger confortablement, vieillir dignement, travailler sereinement, vivre ensemble. 

L’immobilier n’est pas superflu. 
C’est un bien commun.

Alexandre Born, Sébastien de Hulster, François Gendre, Jérémie Loevenbruck, Olympe Rabaté, Juin 2020