Échanges métropolitains

Le Pavillon de l’Arsenal, centre d’information, de documentation et d’exposition d’urbanisme et d’architecture de Paris vous invite tous à contribuer au débat sur l’actualité et l’avenir de la métropole. Réagissez, prenez position, contribuez et exprimez vous autour de 5 grandes questions.

01
02
03
04
05


 Contributions

Ces blogs thématiques vous permettent d'échanger et de débattre en ligne sur les problématiques évoquées, de réagir aux témoignages vidéos, de poser des questions en vue des conférences débat ou de poster des contributions.

Les dernières réactions
dans le thème : #05 Une métropole européenne durable?

voir toutes les contributions
réagir
par Cyrille Poy, le 27 Avr. 2009, 9h16

Cher Yc,

Les échanges métropolitains ont été pensés et organisés afin que chacun puisse s'exprimer librement et participer ainsi à la réflexion sur l'avenir de la métropole parisienne. Vous avez, bien entendu, le droit et le loisir de considérer que les sociétés que vous citez ne sont pas des modèles de développement durable. Mais je me demande ce que serait un débat digne de ce nom si des acteurs aussi importants de l'économie et du développement urbain de la métropole parisienne ne donnaient pas leur point de vue. Si vous souhaitez oeuvrer à un changement des mentalités et des pratiques, ne vous faut-il pas d'abord bien comprendre les positions et les visées de chacun ? Il me semble personnellement que c'est un minimum. On ne combat bien que ce que l'on connaît bien. C'est une question de simple stratégie, de crédibilité aussi?
Je vous invite par ailleurs aussi à considérer le succès du velib. Vous pouvez, avec d'autres dont je suis (moi aussi j (...)
Lire la suite



dans le thème : #05 Une métropole européenne durable?

voir toutes les contributions
réagir
par Dav', le 26 Avr. 2009, 22h38

Bonsoir,
Je pense sincèrement qu'en développant les énergies venant de la géothermie à grande échelle, les villes deviendront de plus en plus en accord avec leur milieu. Dav'



dans le thème : #05 Une métropole européenne durable?

voir toutes les contributions
réagir
par JEAN-MICHEL, le 26 Avr. 2009, 22h35

PARIS Métropole la plus dense du Monde,en tête pour les congrès et les Droits de l'Homme et de la Nature,mais que fait-elle?
Une capitale qui envoie la quasi totalité de ses eaux pluviales dans le tout à l'égout avec les eaux w.c. agit encore comme en 1900.Et en cas de fortes précipitations,tout va dans la SEINE:c'est 50 millions de m3 d'eau par an qui sont volontairement polluées:à quoi bon conseiller des chasses de 3 et 6 litres?.Condamnation et mise en demeure par l'U.E.
Une capitale qui oblige sa proche banlieue à réaliser 13 réservoirs-fosses d'aisance pour ses eaux pluviales souillées,pour un coût de 2 milliards d'euros,ignore l'écologie de base: l'eau c'est la vie,l'eau est une ressource,non un déchet! Elle ignore aussi l'égalité républicaine:les pollueurs,non pas les voisins,doivent être les payeurs.



dans le thème : #05 Une métropole européenne durable?

voir toutes les contributions
réagir
par Patrick, le 24 Avr. 2009, 19h15

Etant parisien de longue date et connaissant les facteurs polluant et/ou générateurs de surcosommations, Paris peut devenir une ville durable ainsi que les grandes métropoles Européennes si, lors de la construction d'un bâtiment neuf ou de rénovation il est inclus divers normes ou "obligations" envers la nature, francilienne tout particulièrement.

Au sujet de la construction des tours, pourquoi ne pas inclure lors des travaux, des panneaux solaires fixés à même la façade, des matériaux qui absorbent l'énergie et la restituent sous forme d'électricité, de chauffage, etc...

L'emploi de panneaux solaires fixés sur le toit des bâtiments dans une capitale comme Paris, serait générateur d'économie surtout pour des bâtiments comme les hôtels par exemple, gros consommateurs, les bureaux, et chaînes de magasins...

L'espace vert dans la capitale c'est développé considérablement ce qui a aussi permis de générer au fil des rues moultes e (...)
Lire la suite



dans le thème : #03 Comment mieux se déplacer demain?

voir toutes les contributions
réagir
par cycliste, le 25 Mars 2009, 11h28

Je reprends un argument qui m'a été opposé lors d'une réunion dans le cadre d'une communauté d'agglomération limitrophe de Paris.Venant de Neuilly/Seine à vélo, j'avais traversé un de ces importants carrefours actuellement réaménagé en lieu de vie urbaine mais ayant subi les outrages d'une conception ancienne de la banlieue n'ayant d'autre perspective que d'être traversée par les autoroutes au service de Paris intra-muros.
Lorsque j'avais fait remarqué au responsable de cette communauté d'agglomération que le vélo ne faisait pas partie de la réhabilitation du cadre de vie, n'avait pas été intégré dans l'aménagement des grandes infrastructures et donc dans la politique des déplacements et, que concrètement, cela signifiait une mise en danger au croisement des bretelles et le risque de se retrouver à son insu sur une de celle-ci, il m' répondu cyniquement :"c'est une expérience à faire..." Une façon de dire que le vélo n'aura (...)
Lire la suite



dans le thème : #03 Comment mieux se déplacer demain?

voir toutes les contributions
réagir
par André, le 24 Mars 2009, 11h17

Plusieurs contributions sont très intéressantes, le problème est de savoir si les décisionnaires prennent les transports en commun.
La Défense est déjà et va devenir un enfer pour y arriver et en sortir, des milliers de mètres carrés de bureaux conduisent à des milliers de personnes arrivant dans ce secteur. Les villes de Courbevoie et de Puteaux entre autres sont saturées en début et fin de journées. Les transports en commun sont "bondés", par exemple la ligne N°1 à la station Esplanade ne réussit plus à faire quitter les usagers avant que la rame suivante ne pénètre en station...Et la fréquence va encore augmenter avec l'automatisation.
J e reprends un argument concernant les déplacements pédestres dans le métro entre chaque correspondance, pourquoi ne pas faire des couloirs avec des pentes douces qui éviteraient certains escaliers, le budget pourrait être trouvé en lieu et place de certaines réfections de stations , je dois m'arrêter ici, il y a tellement de choses à dire...



dans le thème : #02 Comment tous nous loger?

voir toutes les contributions
réagir
par Patrick baud, le 20 Mars 2009, 23h28

J'ai suivi le débat avec une grande attention, qui n'a pas trop abordé le thème du mal logement, mais je dois dire qu'à mon sens, la possibilité de loger des personnes qui ont peu de revenus , étudiant, "nouveau pauvre", familles monoparentales, etc se dirigerait plutôt vers des logements plus abordable tel que l'aménagement de containers pour étudiants, qui au jour d'aujourd'hui peuvent être achetés et livrés pour la somme de 17 000 Euros par containers. Il y a des sites spécialisés. C'est une solution qui serait amortie assez vite, quelques années, 5 ans, sans appliquer de loyers élevés. Le confort y est malgré tout assez rudimentaire, mais je pense que des étudiants qui ont des revenus modestes seraient très heureux de pouvoir être hébergés non loin d'une faculté, tout du moins dans le département. Dans un 13 M2 environ. Cette solution présente bien des avantages surtout en terme de place, un peu à l'image des bungalows ou des mobil home pour des "travailleurs (...)
Lire la suite



dans le thème : #02 Comment tous nous loger?

voir toutes les contributions
réagir
par D.Degoumois, le 11 Mars 2009, 21h31

OUF, j'ai peine à me concentré sur la diatribe très élitiste de Sébastien Thiery. Elle est sans doute très sincère et logique pour lui, mais il me semble qu'elle appartient au monde d'hier.

Mais le monde où nous allons sera de toute façon différent, peut être plus accessible, peut être plus sensible, peut être plus simple, mais en tout cas différent, alors pourquoi s'accrocher à notre passé!

Laissons cet avenir qui commence là nous surprendre, et faisons ce que nous pouvons pour le comprendre déjà!



dans le thème : # 01 Qu'avons nous en commun?

voir toutes les contributions
réagir
par SB, le 11 Mars 2009, 17h41

1. "Qu'avons-nous en commun ?" : qui est ce "nous" ? ... quelques questions sur les identités et les temps multiples (de "classe moyenne") qui fon(den)t la grande ville ...

L'habitant d'un ménage ?... comme un habitant en maison de Saint-Leu (Val d'Oise) parmi les 4,5 millions de ménages desservis en eau, en gaz, et en électricité par les réseaux des syndicats intercommunaux de banlieue (sedif, sipperec, etc.) ; l'habitant d'une forme de ménage invisible dans les statistiques (collocation) ;

Le travailleur ? ... comme un actif parmi les centaines de la structure où je travaille, comme un actif parmi des milliers qui travaillent de 9h à 19h et qui prend 1 h environ pour déjeuner, comme un jeune actif dont le parcours l'a mené dans différentes villes de petite et grande couronne;

L'usager des transports en commun (qui n'a pas de voiture et qui ne veut pas en acheter une) ? ... comme un parmi les millions quotidiens qui (...)
Lire la suite



dans le thème : #02 Comment tous nous loger?

voir toutes les contributions
réagir
par Cyrille Poy, le 11 Mars 2009, 12h11

Cette lettre m'a été dressée par Sébastien Thiery, docteur en sciences politiques, suite au débat "Comment tous nous loger ? ". Je la publie in extenso avec son autorisation.


Cyrille,

Je voulais par les quelques lignes qui suivent revenir sur la remarque que j’ai laborieusement tenté d’adresser à la tribune lors du débat « Comment tous nous loger ? » lundi 9 mars. Car j’ai le sentiment que ce que je veux dire est bien plus simple que ça en avait l’air. Mais aussi, et néanmoins, que ce qu’il s’agissait de proposer au débat s’avère bien plus fondamental que l’on semble vouloir le croire…
Brièvement, tout d’abord, une considération de fond sur la problématique sémantique. En empruntant un petit détour peut-être : une courte considération au sujet de cette hystérie collective qui se manifeste dès lors que l’on parle de « norme ». Ancien chargé de cours à la fac en Droit Public, je ne cesse de cultiver une certaine passion pour la matière juridique, et dois avoue (...)
Lire la suite



dans le thème : #02 Comment tous nous loger?

voir toutes les contributions
réagir
par Serge Renaudie, le 06 Mars 2009, 12h17

Je ressens un peu de gène à entendre toujours la même chose depuis plus de 35 ans sur le logement et la forme urbaine. Je ne pense pas que le logement puisse être encore le ferment d'une nouvelle ville ou d'une nouvelle manière d'habiter. C'est plutôt ce qui se passe entre les bâtiments et entre les logements, c'est à dire le vide, qui devrait prendre du sens et construire cette ville solidaire, respectueuse de l'environnement, etc... tant souhaitée. Que l'organisation des logements entre eux participent de cet ensemble tant mieux mais ce n'est qu'un des paramètres parmi beaucoup d'autres. Il faut un peu sortir de sa posture d'architecte pour regarder la ville dans toute sa complexité. Il faudrait aussi abandonné cette volonté totalement inefficace des architectes de maîtrise sur la ville par ce faux concept de "forme urbaine".


dans le thème : #02 Comment tous nous loger?

voir toutes les contributions
réagir
par volodia, le 06 Mars 2009, 11h22

Dans le privé c'est très cher, et si les revenus sont bas, allocation logement est bloquée à 160 euros. Dans le logement social, des années d'attentes, la priorité est donnée aux familles nombreuses, très souvent issues de l'immigration.
Mais il y a pire, ce sont les SDF 200 000 qui meurent dans la rue 285 par an dans l'indifférence totale. Des pétitions circulent dans les quartiers ex : 18ème pour interdire l'implantation de maisons relais pour les aider. Mais les squatts sont admis.
Je vais quitter Paris, comme pas de gens, et peut-être le pays, car payer des loyers qui représentent presque les 3 d'un salaire c'est pas tenable !



dans le thème : #03 Comment mieux se déplacer demain?

voir toutes les contributions
réagir
par Jane, le 27 Fevr. 2009, 16h08

cb :
En effet, le métro intramurien est pour la plus grande part inaccessible aux PMR, qui ne se limitent pas, comme vous l'aviez bien signalé, aux personnes en fauteuil. Il suffit de se fouler une cheville , d'avoir des enfants en bas âge, d'être un peu en surpoids, un peu âgé, et l'accès devient immédiatement problématique, on doit toucher à-peu-près un bon tiers de la population.
Ce réseau date du 19 ème siècle, il y avait très peu de PMR à l'époque (mouraient plus jeunes, moins de soins), et de toutes façons ils comptaient pour du beurre. Je schématise. Il me semble illusoire de rendre PMR-compatible le métro parisien qui est profond, sinueux, monte et descend (allez attraper la ligne 4 depuis Montparnasse !).
Il faut au contraire rendre la surface plus accessible, limiter la place laissée à la voiture. Le jour où on aura débarrassé la ville des gens seuls en voiture particulière, il y aura de la place pour les bus, livreurs, commerciaux...et PMR à qui ont po (...)
Lire la suite



dans le thème : #02 Comment tous nous loger?

voir toutes les contributions
réagir
par nicolas monnot, le 25 Fevr. 2009, 16h02

Que "volonté" rime avec pauvreté! Non pas celle dont il sera probablement question lors du débat, mais celle qui croit voir en l'assistanat un mal étrange et honteux venu probablement d'un socialisme déchu ou d'un héritage chrétien. Je souhaiterais rappeler à cette "volonté" croyant certainement que l'individu seul soit capable de créer à lui tout seul une cohésion sociale que le droit au logement est considéré comme découlant, en France, de la rédaction des 10e et 11e alinéas du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, qui fait partie de nos textes à valeur constitutionnelle :

"10. La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.
11. Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dan (...)
Lire la suite



dans le thème : #02 Comment tous nous loger?

voir toutes les contributions
réagir
par mome, le 25 Fevr. 2009, 10h39

c'est bien joli tout ça, mais nous, péquins moyens, pourquoi ne sortons nous pas de notre confort petit bourgeois? pourquoi n'il y a t'il pas en France de actions du même genre que les éco-quartiers d'Angleterre, d'Allemagne ?
Pourquoi restons nous dans le discours et la théorisation???



dans le thème : #03 Comment mieux se déplacer demain?

voir toutes les contributions
réagir
par cb, le 21 Fevr. 2009, 11h22

Je ne sais pas si le réseau de métro de Paris (IM) est le plus dense au monde, c'est en tout cas ce qu'on nous enseigne dans les cours d'urbanisme. En revanche, ce que je constate au quotidien c'est que le métro est sans doute l'endroit à Paris où on marche le plus, où l'on monte le plus d'escaliers, dès lors qu'on est amené à réaliser plusieurs interconnexions.
Je me demande souvent comment font les personnes à mobilité réduite pour circuler à Paris en métro. En effet, je ne vois que de très rares ascenseurs pour relier la surface à la station souterraine. Dans certaines stations les écarts entre le quai et la rame peuvent atteindre 20 cm (peut être plus ?).
De fait, leur mobilité est encore plus réduite. Mais il est vrai qu'on ne voit que très rarement de personnes en fauteuil dans le métro. Est ce une cause ou une conséquence ? Les PMR ont-elles le droit à la même mobilité urbaine que les valides ? Ou au contraire, la mobilité réduite du fait de le (...)
Lire la suite



dans le thème : #03 Comment mieux se déplacer demain?

voir toutes les contributions
réagir
par cycliste, le 17 Fevr. 2009, 14h25

Je lis dans une des contributions du 15 fevrier que faire Saint Denis - Paris, ce devrait être possible...Cela a encore beaucoup de mal à se concrétiser et à se généraliser, mais améliorer les conditions de vie et la qualité de vie, cela ne veut pas dire renoncer au vélo, comme s'il n'était que le moyen de transport du travailleur pauvre, un peu à l'image d'une de ces extraordinaires photos de Doisneau...L'aménagement urbain de qualité accompagnant le tramway T1 Saint Denis -Bobigny -Noisy le Sec a fait l'impasse sur le vélo...Celui-ci retrouve (mais très lentement et avec des remises en cause comme sur la partie de piste accédant au CNIT et où le vélo a été oublié contrairement aux promesses) sa place à la Défense alors que, depuis les communes avoisinantes, cela ne devrait poser aucun problème pour l'utiliser (c'est là que l'utilisation de la voiture est paradoxalement la plus forte...).Et il reste encore des "poches de résistance" comme les grands aéroport (...)
Lire la suite



dans le thème : #05 Une métropole européenne durable?

voir toutes les contributions
réagir
par père de famille, le 13 Fevr. 2009, 17h26

Il m'apparait 3 manières antinomiques de se représenter la ville/métropole durable et son développement ; merci au débat du 12/02 organisé par le Pavillon de l'Arsenal de m'avoir aidé à le verbaliser :
- la ville "tache d'huile" : c'est celle qui part du centre (riche, cher et dense) pour finalement s'organiser à l'identique en cercles concentriques ; chacun comprend alors que Paris a cru ainsi jusqu'au commune limitrophes de 1ère couronne qui en sont les 21èmes...30ème arrondissements ; cette ville exclut les moins solides financièrement
- la croissance urbaine en "peau de léopard" : cette ville ne peut pas se construire dans une économie où le marché foncier de serait pas régulé et réglementé
- l'espace urbain construit comme la mise en réseau de multiples pôles urbains de taille "humaine" (polycentrique) ; cette ville ne peut être durable qu'à la condition d'intégrer les transports "interpôles" et d'organiser des multi-offres (...)
Lire la suite



Opinions
5 questions pour la métropole.
participer aux sondages


Témoignages vidéos
#05 Une métropole européenne durable?

This text is replaced by the Flash movie.

Une métropole européenne durable ?

Échanges métropolitains #05
André Moine, Directeur général délégué de la SAEM Val de Seine Aménagement / Ariane Mnouchkine, Metteur en scène / Bruno Rebelle, Directeur général de Synergence / Denis Penouel, Directeur de la production et du développement de la CPCU / Didier Lourdin, Directeur du développement durable et des transports - Établissements publics d'aménagement La Défense Seine Arche / Dominique Cocquet, Directeur Général Adjoint Conseil et Développement Projets Stratégiques Eurodisney Associés / Edith Heurgon, Conseillère en prospective - Directrice du Centre culturel international de Cerisy / Emmanuel Borde-Courtivron, Directeur de Cabinet du Syctom de l'agglomération parisienne / Franck Boutté, Consultant Environnement Développement durable / François Dugeny, Directeur Général de l'IAU Ile-de-France / Frédéric Gilli, Économiste / Guillaume Poitrinal, Président du Directoire Unibail Rodamco / Jean Delons, Chef de département Économie Trafic Cofiroute / Jean-Charles Decaux, Président du directoire de JC Decaux / Laurence Baudelet, Ethno-urbaniste - Association Graine de Jardins / Marie-Anne Bacot, Directrice Générale du Port Autonome de Paris / Paul Roll, Directeur de l'Office de tourisme de Paris / Yann Arthus-Bertrand, Photographe

#05 Une métropole européenne durable?
Conférences-débats
#05 Une métropole européenne durable?

Lundi 27 Avril 2009, 19h00

Intervenants :
Jean-Pierre Charbonneau
Urbaniste Consultant

Frédéric Gilli
Economiste

Anne Lacaton
Architecte et Grand prix national de l'architecture 2008

Bernard Reichen
Architecte Urbaniste

Partenaire média
le parisien



Presse


Pour recevoir par email toute l'information du Pavillon de l'Arsenal, inscrivez-vous »