Reconversion des anciens magasins généraux

Pantin, Seine-Saint-Denis

Publié en juillet 2016 Maitrise d'oeuvre : JUNG Architectures 
Maitrise d'ouvrage : Nexity 

L'opération porte sur la reconversion en bureaux des Magasins Généraux de Pantin, un impressionnant bâtiment portuaire des années 1930 du port de Pantin, pour le compte de BETC avec Nexity, promoteur, et Klepierre, investisseur.

"La reconversion de cette grande étagère, dédiée aux échanges de marchandises entre canal et terre ferme s'inscrit dans le projet de la ZAC du port, reconquête urbaine des franges du canal de l'Ourcq, longtemps interdit au développement des quartiers limitrophes. Ce développement s'inscrit, comme le projet des Magasins Généraux, dans une logique de mémoire industrielle liée à l'activité du canal. 

La coupe transversale sur le site révèle les quatre "bandes" Est-Ouest : les contreforts boisés du plateau de Romainville au nord, la route nationale 3, la canal de l'Ourcq et les voies SNCF. Les magasins généraux émergent en pied de butte, hors gabarit humain, logiquement implantés en articulation entre le canal et la voie principale. 

Aménagement général et abords 
Le projet est orienté sur un axe nord/sud prononcé lié à la topographie et l'histoire de cette partie de la ville. La façade nord s'aligne le long du quai du canal de l'Ourcq, tandis que le façade sud s'oriente sur un parvis le long de la future rue du canal (sur le tracé du canal le plus ancien) face à la ville de Pantin. Les deux pignons Ouest et Est font face à deux nouvelles places publiques constitutives des nouveaux cheminements urbains, cycliste et piéton, proposées par la Zac du Port. 

Le projet s'inscrit dans un bâtiment-ilôt au coeur du projet urbain. Il est cerné par l'espace public, notamment piéton, et s'y connecte de façon naturelle. Le socle du bâtiment est ouvert sur ses quatre faces. 
La disparition du quai périphérique d'origine (d'une hauteur d'environ 1,20m) permet de mettre au niveau de l'espace public l'ensemble des commerces, la grande brasserie, les accès ou encore la grande salle evènementielle de conférence et d'expositions (ERP)... 

Tous les échanges de bâtiment s'effectuent depuis la fçade sud (flux de circulation, livraison...). Deux grandes aires d'accès techniques sont situées sur le parvis; l'une pour le restaurant (bâtiment B) et l'autre pour la logistique des bureaux (bâtiment A). 
Il est aussi naturellement accessible aux secours le long de ses quatre façades. 

[...]

Une monumentalité apprivoisée, devenue amicale et contemporaine - principes architecturaux 
La forte présence de cette architecture, mi-insutrielle, mi-balnéaire, mi portuaire, peut-être militaire, pose la question de sa valeur patrimoniale; comment au délà de la fascination qu'exerce ce paquebot échoué, de l'intérêt porté à cet exercice parfait d'ingénierie et d'architecutre impressionnante, théâtrale, face au coude du canal et son évasement, doit, en restant ce personnage fort de la ville de Pantin, être capable de lancer une nouvelle dynamique urbaine de son sillage. 

C'est dans une démarche itérative entre justesses de l'intervention contemporaine répondant aux nouveaux usages et le maintien des élements fondateurs du bâtiment d'origine, entre redéfinition d'une urbanisté en mouvement le long des quais et affirmation du splendide isolement de ce grand solitaire, entre nostalige joyeuse et dynamisme que le projet s'est prograssivement élaboré. 

Ces magasins conçus historiquement comme une plateforme logistique ont vu des millions de tonnes de marchandises transiter dans ses flancs, entre péniches et camions, et n'ont jamais vraiment été dédiés à l'installation d'une activité humaine permanente. 

Le travail de reconversion s'appuie tout d'abord sur le maintien, la restauration de l'enveloppe existante : cette enveloppe historique sera maintenue, dans ses formes, ses rythmes, ses matières, le caractère incroyable de sa ceintures de coursives (1,4km). 

Ces magasins sont doubles, des faux-jumeaux. réunis par des constructions postérieures démolies pour libérer la transversalité ville-quai et positionner le hall d'accueil, transparent, en son centre. La conservation de la brutalité poétique des façades, de l'enveloppe externe est le premier élement de la proposition architecturale. 
Leur qualité architectonique, leur matérialité, leur rythme - vides et pleins - sont conservés, l'image d'un empilement d'ateliers amplifiée. 
L'écriture des coursives caractéristiques est affirmée, réutilisée; elles deviennent l'espace d'extension naturel des bureaux, les terrasses du restaurant d'entreprise, un vecteur naturel et plaisant de communication entre lieux et gens... 

Des nécessaires stores de protection solaire descendent en nez de coursives le long des façades Sud, Est et Ouest devant les grands baies d'origine, caractéristiques de la notion d'ateliers et formant une peau mouvante traduisent l'activiité et la vie du bâtiment. 

Le deuxième volet de l'intervention est contemporaine, le projet interne est clairement d'une autre nature, émergeant ça et là dans la peau ancienne. 
La projet cultive cette dualité". 
Jung architectures 

Fiche technique

Programme
Reconversion lourde en programme mixte : Siège social de BETC, commerces, espace culturel (inventaire patrimoine industriel Ile-de-France). 

Investisseur 

KLEPIERRE 

Maîtrise d'ouvrage 
NEXITY 

Maîtrise d'oeuve 
JUNG Architectures 

Equipe 
Caroline FOIS, paysagiste / KHEPHREN, BET structure / BERIM, BET fluides / GREENAFFAIRE, BET HQE / FDI, BET façades / SFICA, MOEX / AVELAC, acousticiens 

Calendrier 
Livraison 2016 

Surface
18 000 m2 SHON