8 logements

Paris 20

Publié en novembre 2015 Maîtrise d'oeuvre : Raphaël Gabrion architecte
Maîtrise d'ouvrage : Siemp

Située au cœur du quartier de l’Ermitage dans le 20e arrondissement de Paris, la parcelle était occupée par de grands arbres et un ancien théâtre en ruine. Aucune vue directe n’était autorisée sur la rue, la villa et l’impasse privée qui l’entouraient sur trois des côtés, tandis que sur le quatrième, elle était adossée à une héberge existante.

Du point de vue architectural, ce projet de réalisation de 8 logements sociaux ambitionne de concilier les règles d’urbanisme et l’esprit des villas Parisiennes avec une volonté de modernité. Adéquation, écoute sensible et générosité caractérisent cette petite pièce urbaine ne produisant que peu d’ombres sur son environnement. A la fois atypique tout s’en s’intégrant au paysage bucolique, le projet propose à la Villa de l’Ermitage, un nouveau seuil.

Du point de vue de l’habité, le projet est davantage pensé comme une grande maison que comme un immeuble collectif. Il se composé de la manière suivante : un volume creusé au nord et au sud puis fragmenté au milieu pour ouvrir les parties communes (couloir et escalier) sur son environnement. Les logements, quasiment tous différents, s’ouvrent tous de manière distincte en fonction de leur situation. Certains logements ont jusqu’à six orientations et ils sont pensés de façon à paraître plus grand qu’ils ne le sont en réalité.

Du point de vue technique, la Siemp a souhaité réaliser une opération tendant vers le bâtiment à énergie positive en s’appuyant sur les recommandations développées par l’association Effinergie. L’objectif visé de moins de 50kWh/m2shon/an nécessite la production d’énergie en photovoltaïque. C’est ainsi que 67m2 de panneaux photovoltaïques et 12 m2 de capteurs solaires sont intégrés en terrasse ou sur rampant, où ils ne voient pas et deviennent des éléments « normaux» d’architecture. Les menuiseries à triple vitrage thermique peu émissif, l’éclairage naturel des parties communes, la chaudière collective gaz à condensation, le simple flux hygro-réglable avec entrées d’air prévues dans les maçonneries et l’isolation renforcée participent également à la performance thermique du bâtiment.
Raphaël Gabrion

Les acteurs du projet

Maîtrise d'oeuvre : Raphaël Gabrion architecte
Maîtrise d'ouvrage : Siemp