Community Reloaded

Université Populaire 2018

Samedis 20 janvier, 10 février, 3 et 24 mars 2018 à 11h Par Richard Scoffier, architecte, philosophe, professeur des Écoles Nationales Supérieures d'Architecture.


> Cours #01 : Arènes - COMPLET
Samedi 20 janvier 2018, 11h - 13h 

> Cours #02 : Portes COMPLET
Samedi 10 février 2018, 11h - 13h 
Inscriptions

> Cours #03 : Palais de Justice
Samedi 03 mars 2018, 11h - 13h 
Inscriptions 

> Cours #04 : Nécropoles
Samedi 24 mars 2018, 11h - 13h 
Inscriptions 

Le Pavillon de l'Arsenal invite tous les publics à venir découvrir et comprendre les fondements de l'architecture au travers de cours de cette université populaire animée par Richard Scoffier, architecte, philosophe, professeur des Écoles Nationales Supérieures d’architecture.

Quel est le rôle joué par l’architecture d’aujourd’hui dans la manière dont la communauté se reconstitue et se représente à elle-même? Nous aborderons cette année les dispositifs architecturaux qui lui permettent en permanence de se refonder, de se recharger, comme on recharge un mobile ou un ordinateur.

Cette édition 2018 de l’Université populaire du Pavillon de l’Arsenal propose de regarder différemment les grands équipements qui scandent la vie collective. Au-delà des fonctions spécifiques pour lesquelles ils ont été conçus, nous les étudierons comme des dispositifs permettant la transformation des foules d’individus dispersées en communauté.
Nous aborderons d’abord les grands réceptacles - arènes et stades - ainsi que les lieux de passages - gares et aéroports - où les foules se pressent et se croisent en flux continus.
Puis les tribunaux où l’on sépare ceux qui sont exclus de ceux qui restent intégrés. Enfin les cimetières, ces enclos silencieux disséminés à la périphérie des villes, où sont conservées religieusement les reliques des citoyens disparus et qui composent l’envers terminal des théâtres d’agitation permanente. Donner aux foules rassemblées un sentiment d’appartenance à une humanité transcendante ; organiser des espaces de frictions, d’informations, de rencontres et d’échanges ; exclure une certaine partie de la population pour mieux en faire prospérer une autre. Accorder à chaque membre de la société, même le plus infime, son droit à l’immortalité. Tel est le programme de survie de la communauté laïque - constamment actualisé par les stades, les gares, les tribunaux et les cimetières - que nous analyserons durant ce cycle de cours.


> Cours #01 : Arènes - COMPLET 
Samedi 20 janvier 2018, 11h - 13h 


Au-delà des grandes manifestations sportives ou musicales qui s’y déroulent, les stades peuvent être considérés comme de puissants générateurs de sentiment communautaire. Deux types distincts d’édifices répondent à ces lieux de rassemblements où s’expriment parfois violemment de profonds antagonismes. Les premiers, dionysiaques, jouent délibérément avec l’énergie générée par l’enthousiasme et l’affrontement des spectateurs. Ils se proposent comme des constructions de forme elliptique. Ainsi les stades dessinés par Herzog et de Meuron se présentent-ils comme des instruments de musique aidant la transformation des cris et des hurlements en une clameur unitaire, afin de permettre à la foule de s’appréhender comme une communauté fusionnelle. Les seconds, apolliniens, tendent au contraire à assimiler l’arène à un théâtre, à un espace ouvert et intégré à la ville. Refusant l’ellipse, les constructions conçues par Gregotti, Nouvel et autres Souto de Moura, déclinent les possibilités du rectangle et brisent volontairement l’unicité organique des formes circulaires pour permettre au public d’assister aux manifestations sportives sans entonner fatalement le cri primal par lequel la communauté renaît à elle-même.




> Cours #02 : Portes - COMPLET 
Samedi 10 février 2018, 11h - 13h 

Que représentent exactement les gares que nous empruntons quotidiennement pour faire le va-et-vient entre logement et lieu de travail, ou, plus périodiquement, pour basculer de l’ici de la vie de tous les jours vers l’ailleurs de destinations lointaines ? Quels sont ces lieux où la foule se condense pour passer d’un monde à l’autre. Ces entre-deux propices à des échanges inattendus, des attouchements involontaires, des bousculades intempestives où s’esquisse une communauté plus aveugle et plus charnelle que celle entrevue dans le stade.
Doit-on les assimiler à des cathédrales ? Comme la canopée de verre pensée par Patrick Berger qui permet aux voyageurs des plus lointaines communes de l’agglomération parisienne de rejoindre la capitale. À des vols d’oiseaux ? Comme les tours de force structurels de Calatrava à Liège et à New York. À des tours de Babel inversées ? Comme le projet de Kengo Kuma pour la station Saint-Denis Pleyel du Grand Paris Express...
Mais nous nous pencherons aussi sur les aéroports. Ces espaces où tout semble conçu pour que le public puisse se sentir à l’aise, se relaxer, se déstresser, se dénuer de toute agressivité. Comme s’il s’agissait de rejoindre, pendant quelques minutes, une communauté édénique où tous les conflits sont dénoués, où tous les désirs sont comblés.

Inscriptions


> Cours #03 : Palais de Justice
Samedi 03 mars 2018, 11h - 13h 

Comment aborder l’espace où la communauté se refonde dans l’exclusion des individus qui en ont enfreint les règles ? Est-ce le lieu d’une justice dernière, comme semble l’affirmer de manière critique Jean Nouvel dans son tribunal de Nantes, où les juges descendent des cieux pour rejoindre des prévenus qui sortent de terre ? Ou d’une justice tribale, comme le suggèrent les huttes suspendues conçues par Richard Rogers à Bordeaux ? Un hôpital ?
Comme les pavillons de Christian de Portzamparc à Grasse. Un hôtel de luxe ? Comme semblent le suggérer les deux lames coulissantes de Frédéric Borel à Narbonne qui dessinent un atrium renvoyant aux palaces de John Portman. Ou une tour constructiviste interpellant violemment le ciel ? Comme celle que vient d’achever Renzo Piano aux Batignolles pour le nouveau Tribunal de Grande Instance de Paris...

Inscriptions 


> Cours #04 : Nécropoles
Samedi 24 mars 2018, 11h - 13h 

Le cimetière d’aujourd’hui peut être considéré comme une ville des morts, comme l’envers de la ville des vivants. C’est la grande leçon du Père Lachaise, cet ensemble urbain uniquement composé de monuments. Mais que reste-il du monde après la mort ? Celle de n’importe quel individu n’annonce-t-elle pas toujours, comme un spectre, celle de l’humanité entière ?
Cette question oppose les architectes contemporains. Scarpa, Aldo Rossi ou Paola Chiarante répondent par la métaphysique, en affirmant une architecture éternelle et indépendante de toute existence humaine, à l’instar de la géométrie de Platon. Ainsi les cimetières de San Vito d’Altivole, de Modène ou la nécropole de Nice se proposent comme des constructions archétypales sortant du sol par césarienne : mastaba, cube ou terrasse en étoile... Tandis que d’autres, plus réalistes, tendent au contraire à mettre en scène une nature glorieuse reprenant ses droits bafoués par la pire espèce de parasites. C’est la leçon des pierres éparpillées dans la forêt de sapins du Cimetière des Bois de Gunnar Asplund à Stockholm, de la vallée de restanques creusées de tombes de Miralles et Pinós à Igualada en Catalogne ou des collines découpées par Marc Barani au-dessus de Roquebrune-Cap-Martin...

Inscriptions 


Richard Scoffier est architecte et titulaire d'un diplôme d'études approfondies de philosophie. Après avoir obtenu en 1991 les Albums de la Jeune Architecture, il fonde une agence à Paris dont les maquettes d'étude ont récemment été exposées dans plusieurs Maisons de l'Architecture. Professeur titulaire de théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine à l'ENSA de Versailles, il exerce une activité de critique et collabore depuis plus de dix ans à la revue d'A. Il a notamment publié : Scènes d'Atelier, le catalogue de l'exposition de Christian de Portzamparc au Centre Pompidou, en 1996 ; Les villes de la puissance, aux Éditions Jean-Michel Place, en 2000 ; Les 4 concepts fondamentaux de l'architecture contemporaine, aux Éditions Norma, en 2011, et le tome III de la monographie de Christian Hauvette, aux Archives d'Architecture Moderne, en 2015. Ces articles et ces ouvrages lui ont valu de recevoir en 2013 la médaille de l'analyse architecturale décernée par l'Académie d'Architecture